La toxine botulique

botox-toxine-botuliqueLa toxine botulique est un médicament connu depuis une vingtaine d’années, utilisé dans plusieurs spécialités médicales notamment contre les contractures musculaires comme les tics nerveux et le torticolis et en ophtalmologie pour certains cas de strabisme chez les enfants qui louchent.

Aujourd’hui il est autorisé aussi comme traitement de l’hypehydrose axillaire et pour le traitement de la patte d’oie.

Il agit par affaiblissement du muscle dans lequel il est injecté. Il provient d’une protéine purifiée et très diluée synthétisée par la bactérie responsable du botulisme.

Utilisé en technique douce de Médecine Esthétique (non chirurgicales), la toxine botulique est employé en esthétique pour traiter les rides d’expression situés au niveau du tiers supérieur du visage.

En effet, le vieillissement de la région frontale et orbitaire se fait en se contracturant, marquant progressivement la peau jusqu’à ce que celle ci se ride en gardant le pli. Les rides d’expression deviennent permanentes même au repos et souvent interprétées comme témoignant du caractère ou de la personnalité de l’individu, comme étant de la sévérité, de l’inquiétude, de la fatigue, ou de la tristesse. Elles se constituent d’autant plus rapidement que la peau est fine, et que le visage est expressif.

Règles de prescription et d’injection de la toxine botulique pour des actes à visée esthétique

Le Conseil National de l’Ordre des médecins est régulièrement interrogé à propos des injections de « Botox » dans le cadre du traitement des rides.

Les conditions de prescription et d’injection sont strictement définies par l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (AFSSAPS). Seuls deux produits ont reçu une autorisation de mise sur le marché pour cette indication : le Vistabel® et l’Azzalure®.

La prescription de Vistabel® et d’Azzalure® ne peut être faite que par un médecin de l’une des cinq spécialités suivantes :

  • Chirurgie plastique reconstructrice et esthétique
  • Dermatologie
  • Chirurgie de la face et du cou
  • Chirurgie maxillo faciale
  • Ophtalmologie

Seuls ces spécialistes sont autorisés à injecter ces produits pour le traitement des rides inter-sourcillières.

La technique

Injection de quelques unités de toxine botulique, à l’aide d’une fine aiguille, à des points musculaires bien définis. La piqûre est quasi indolore et dure quelques minutes.

Les suites

La reprise des activités habituelles est immédiate. Le résultat n’est pas instantané, il apparaît progressivement sur 72 heures. L’effet du Botox dépend de la force initiale du muscle intéressé.

En général, l’effet dure plus de 6 à 8 mois, il faut réinjecter dans ces délais afin de compléter et potentialiser l’effet de la première injection. Le délai entre les injections s’allonge avec le nombre de séances.

Les candidat(e)s

Le Botox® traite les “rides du lion” (rides de froncement des sourcils), les rides horizontales du front, les “rides de la patte d’oie” lors du plissement des yeux et les rides de plissement du nez.

Le Botox est aussi efficace contre la chute de la queue du sourcil et la chute des coins des lèvres qui donne les rides d’amertume.

Il induit la diminution de la force de contraction du muscle injecté, puis la disparition totale des rides. Il est aussi utilisé à titre préventif contre le vieillissement en évitant l’apparition des rides. Toute la subtilité du chirurgien esthétique réside dans le compromis idéal entre la diminution des rides, et la conservation de l’expression du visage.

Il est parfois nécessaire d’associer un autre procédé de traitement des rides tel que le lifting, le comblement, le laser ou le peeling. Il ne remplace pas ces autres procédés mais il complète, le potentialise et prolonge leur effet.

Par contre, l’injection de toxine botulique a quasiment remplacé le lifting du front, car il donne le même résultat, sans chirurgie ni cicatrice, tout en conservant une mobilité suffisante pour conserver l’expressivité du visage.

 

 

Date de dernière mise à jour : 18/01/2018