prothèse mammaireL’augmentation mammaire permet de traiter l’hypotrophie mammaire ou d’augmenter la poitrine.

La prothèse mammaire modifie la taille, la forme et le galbe des seins lorsqu’ils sont trop petits ou totalement inexistants.

Grâce à cette intervention de chirurgie mammaire, la poitrine retrouve ainsi toute sa rondeur.

Au cours d’une consultation vous discuterez de la poitrine qui vous semble idéale et des prothèses à votre disposition permettant d’accéder à votre désir.

Ceci est adaptatif et étroitement lié à l’examen clinique de votre poitrine. Le but étant d’obtenir un résultat naturel.

Les indications des prothèses mammaires

Plusieurs cas sont possibles chez les femmes qui souhaitent recourir à des prothèses mammaires :

  • La femme a une petite poitrine et voudrait une taille plus adaptée à ses désirs.
  • Un sein est plus petit que l’autre et la femme souhaite rétablir l’harmonie de sa poitrine.
  • Après un amaigrissement ou une grossesse, les seins se sont vidés et la femme souhaite retrouver son tour de poitrine initial.
  • La glande est peu ou pas développée et la poitrine est plate.
  • En vieillissant, la glande diminue de volume et la peau se relâche. Dans ce dernier cas, on associe généralement la pose de prothèse mammaire avec un lifting mammaire.

Les types de prothèses mammaires

Les implants mammaire contiennent le plus souvent du gel de silicone, avec une paroi en élastomère de silicone. L’usage des implants contenant du sérum physiologique est limité.

Le chirurgien Antonio Brancati ne travaille qu’avec des implants mammaires de dernière génération : des prothèses en silicone cohésif qui donnent une jolie forme à vos seins. Le gel silicone cohésif des nouveaux implants mammaires sont plus consistants, plus solide et offrent donc une plus grande sécurité. Le remplissage ne se répandra donc pas.

Il existe deux formes d’implants en gel de silicone : les implants ronds et les implants anatomiques, en forme de goutte d’eau. Le choix de l’implant dépend de la forme du sein.

Concernant le choix du volume de la prothèse, il n’y a pas de règles précises, le bon sens du chirurgien, son expérience et la demande de la patiente permettent de faire le choix approprié.

Lors de la mise en place de prothèses mammaires, s’il existe une ptose, celle-ci peut être traitée dans le même temps.

Les prothèses peuvent être mises en place soit par une voie péri-aréolaire (le plus fréquemment), soit par une voie sous-mammaire lorsque les aréoles sont petites.

Les implants sont placés le plus souvent en position rétro-pectorale, pour un meilleur rendu esthétique et pour limiter le risque de coque.

La chirurgie d’augmentation mammaire par prothèses nécessite une anesthésie générale et une hospitalisation d’environ 48 heures.

Comment choisir la prothèse mammaire ?

Le choix de la prothèse est primordial pour assurer la réussite de l’intervention et surtout la satisfaction de la patiente. Il se fera lors des consultations préopératoires en fonction du souhait de la patiente mais également de sa morphologie.

Il est indispensable de bien décrire la poitrine désirée (naturelle et harmonieuse ou bombée et plus voyante) afin de déterminer l’implant et la technique qui seront choisis, adaptés au mieux à chaque patiente.

La position de l’implant mammaire se fera :

  1. Sous le muscle pectoral (technique rétropectorale) : il existe moins de risque d’apparition de coque, l’implant mammaire est plus discret (au toucher et à la vue) car caché sous le muscle, mais la technique est plus douloureuse. L’implant et donc le sein sont moins mobiles. Cette technique est surtout utilisée chez des patientes minces avec une poitrine très petite initialement.
  2. Sur le muscle pectoral (technique rétroglandulaire : la prothèse est entre la glande et le muscle) : il y a plus de risque de coque, mais les suites sont moins douloureuses avec un implant et le sein plus mobiles. Cette technique est à privilégier chez les patientes ayant déjà de la poitrine et souhaitant une augmentation de volume modérée.
  3. En dual plane : il s’agit d’une technique mixte (rétromusculaire et rétroglandulaire) qui a les avantages des 2 précédentes et donne un résultat très naturel.

Les Questions Fréquemment Posées

Les seins se déplacent-ils de façon naturelle ?

Quand les prothèses mammaires sont placées au-dessus du muscle, le mouvement des seins reste parfaitement naturel. C’est moins le cas lorsqu’elles sont placées sous le muscle.

Quand faut-il remplacer ses prothèses mammaires ?

C’est une question qui est fréquemment posée : il n’y a pas de réponse simple ou unique. Pour les anciens implants mammaires, nous recommandons de les remplacer après dix ans. Il est possible que vos implants mammaires soient encore intacts après dix ans mais il est préférable de les remplacer parce que l’élasticité de votre peau s’est très probablement réduite avec l’âge.

Après combien de temps peut-on juger du résultat d'une augmentation mammaire ?

Le résultat d’une augmentation mammaire ne se juge qu’après 6 mois. L’œdème aura complètement disparu et le muscle pectoral se sera adapté à la nouvelle forme des seins. Une prothèse mammaire imite tout à fait les seins naturels.

 

 

Date de dernière mise à jour : 18/01/2018